CM 20:06:2007 DUP
Vidéo envoyée par adch
Vote d'UNE DECLARATION D'UTILITE PUBLIQUE pour des expropriations.

La municipalité décide de lancer une DUP (Déclaration d'Utilité Publique) pour l'EXPROPRIATION sur 3 sites du centre ville, dans le cadre de l'ANRU (projet, nous le rappelons, qui vise à détruire 423 logements de la cité Cachin pour les reconstruire dans un périmètre du centre ville, assez flou).
En ce qui concerne ces 3 parcelles, l'ADCH n'a pas - à ce jour - d'informations suffisamment précises pour se permettre tout commentaire positif ou négatif. Nous sommes plutôt vigilants à ce qu'on va mettre dessus. Il serait dommageable que ces expropriations servent à densifier davantage ou à réduire les espaces verts, par exemple.

Quoiqu'il en soit, s'il y a DUP, il y aura donc enquête publique. Cela signifie qu'un dossier sera consultable en Mairie par tous les citoyens et que les avis rédigés par ceux qui le souhaitent, seront analysés par l'enquêteur public qui en fera un rapport. Ce rapport aura pour objectif de donner una vis favorable ou non à ces expriopriations, avant d'être débattu en Conseil Municipal. Nous invitons donc tous les citoyens concernés à s'y rendre pour s'informer et y mettre leurs remarques. C'est la meilleure façon d'en savoir plus sur le devenir de ces terrains et de comprendre cette DUP qui justifie de telles expropriations.

Il s'agit là d'une procédure classique, et la nature des biens concernés semble - à priori - justifier la DUP. Mais restons vigilants. En effet, rappelons que le projet présenté par la municipalité au comité de pilotage de l'ANRU pour obtenir des subventions prévoyait que tous les terrains acquis en centre ville le seraient "à l'amiable" (terme employé dans le dossier). Force est de constater que ce n'était donc pas vrai. Souvenez-vous, ce qui nous avait fait peur à l'époque (mai 2006) et crée la formation de l'ADCH : nous avions découvert que des maisons de bonne qualité et des jardins de particulier en coeur d'ilot (dans le centre historique) étaient sur des parcelles que la municipalité envisageait d'acquérir pour y construire les logements SANS QU'AUCUNE CONCERTATION N'AIT EU LIEU AVEC LES HABITANTS DES DITES MAISONS ; leurs propriétaires n'ayant jamais été contactés, ni jamais accepté à l'amiable de vendre leur maison ou leur jardin. Il s'agissait là d'un premier mensonge dans un document officiel.

On est en droit de se poser la question : ces propriétés seront-elles l'objet d'une prochaine DUP ?